Israël : « À l’égard de l’Iran, entre rationnel et irrationnel »

Ministre de la Défense Gantz et Premier Ministre Lapid

(28 août 2022 / JNS)
Face à un accord nucléaire qui paralyse l’AIEA et enrichit massivement la République islamique, la transformant en une puissance régionale dotée de l’arme nucléaire, Jérusalem doit maintenant faire un choix.

Alors que l’on apprenait la semaine dernière que les États-Unis et l’Iran étaient sur le point de conclure un nouvel accord nucléaire, les Israéliens ont reçu deux interprétations très différentes des événements. Le Premier ministre intérimaire Yair Lapid et le ministre de la Défense Benny Gantz, ainsi que leurs relais médiatiques, ont répondu en insistant sur le fait que, bien que l’accord soit mauvais, Lapid et Gantz le gèrent comme des pros et réduisent les dégâts de manière significative.

Barak Ravid, leur porte-parole, a rapporté qu’à la suite de la réunion du conseiller à la sécurité nationale Eyal Hulata avec son homologue américain Jake Sullivan, l’administration a durci ses positions sur les questions clés des enquêtes de l’Agence internationale de l’énergie atomique sur trois installations nucléaires que l’Iran n’a pas divulguées, et des sanctions contre les entités contrôlées par le Corps des gardiens de la révolution iranienne. Lapid se vante qu’Israël est satisfait des réponses américaines aux préoccupations d’Israël.

Gantz s’est rendu aux États-Unis jeudi. Il a fait part de sa même « satisfaction » quant aux résultats de son voyage. Ravid rapporte que Gantz a quitté sa réunion avec Sullivan avec le sentiment que l’administration Biden prépare une option militaire contre les installations nucléaires de l’Iran. Certes, Sullivan n’a rien dit de tel. Mais Gantz, tout de même, a eu le sentiment que c’est le cas.

De manière discordante, alors même que les médias diffusent la propagande Lapid-Gantz, des informations plus discrètes ont afflué, selon lesquelles Biden n’a pas parlé à Lapid depuis plus d’un mois et demi et refuse de prendre ses appels maintenant ou de fixer un moment pour le rencontrer lors de la réunion de l’Assemblée générale des Nations unies en septembre.

Plus important encore, le directeur du Mossad, David Barnea, a tiré la sonnette d’alarme haut et fort lors d’un point de presse jeudi. Barnea a déclaré que l’administration Biden a trahi les intérêts existentiels les plus fondamentaux d’Israël avec cet accord, qu’il a qualifié de « désastre stratégique » pour Israël. Il a expliqué que l’accord « donne à l’Iran la permission d’amasser le matériel nucléaire nécessaire à la fabrication d’une bombe », ainsi que les moyens financiers pour étendre massivement son agression régionale par le biais du Hezbollah, du régime d’Assad et des groupes terroristes palestiniens soutenus par l’Iran à Gaza, en Judée et en Samarie.

M. Barnea a déclaré que

« les États-Unis se précipitent dans un accord qui est finalement basé sur des mensonges ».

Le principal mensonge est l’affirmation de l’Iran selon laquelle ses activités nucléaires sont de nature pacifique – une affirmation qui n’est plus soutenable depuis qu’Israël a saisi et exposé les archives nucléaires de l’Iran en 2018. Barnea a ajouté que le président américain Joe Biden estime qu’il est dans son intérêt de conclure un accord, et que l’Iran, pour sa part, veut les centaines de milliards de dollars qu’il devrait recevoir après que les États-Unis auront levé leurs sanctions économiques contre l’Iran dans le cadre du nouvel accord.

Lapid aurait réprimandé Barnea pour avoir rompu avec la ligne du gouvernement. Après avoir refusé de revenir sur ses remarques concernant l’administration Biden, Barnea a été soumis à une critique virulente de Ravid et de plusieurs autres porte-parole du gouvernement dans les médias qui ont reçu des briefings de Lapid. Entre autres choses, Ravid a qualifié Barnea de « messianique », c’est-à-dire de délirant.

Un différend de longue date

La disparité flagrante entre, d’une part, les messages d’apaisement diffusés par Lapid, Gantz et leurs collaborateurs dans les médias et, d’autre part, l’insistance de Barnea sur le fait que l’accord à venir est une catastrophe stratégique, n’est que la dernière itération d’un différend de longue date aux plus hauts échelons du leadership israélien sur la manière de comprendre le soi-disant Plan d’action global conjoint (alias l’accord nucléaire de 2015) et le défi qu’il représente pour Israël.

Le JCPOA a été le point culminant des efforts de l’administration Obama pour réaligner les États-Unis loin d’Israël et de ses alliés arabes sunnites et vers l’Iran. La détermination d’Obama à abandonner Israël et les sunnites au profit de l’Iran a bouleversé ce qui était l’hypothèse sous-jacente des dirigeants militaires et des services de renseignement israéliens depuis les années 1970, à savoir que le plus grand atout stratégique d’Israël n’est pas les FDI ou le Mossad, mais les États-Unis.

Pendant près de 50 ans, le concept directeur des chefs de l’armée et des services de renseignement israéliens a été qu’Israël pouvait faire ce qui semblait à l’œil nu être des concessions stratégiques insensées, comme se retirer du plateau du Golan, de la Judée et de la Samarie ou de la vallée du Jourdain, ou annuler le programme d’avions de combat Lavi, parce qu’Israël n’avait pas besoin de pouvoir défendre ses frontières ou de disposer de la meilleure plate-forme aérienne du monde. Il pouvait faire confiance aux États-Unis pour le protéger.

« Parce que l’Amérique, et non les FDI, est le garant de la sécurité d’Israël » (!)

Les chefs militaires comme Gantz et tous ses prédécesseurs depuis Ehud Barak ont soutenu qu’Israël devait faire des concessions aux Arabes pour aider l’Amérique à aider Israël. Quant au Lavi, Israël n’a pas à construire des avions de chasse. C’est le travail de l’Amérique. Israël n’a pas besoin d’indépendance stratégique ou de frontières défendables. Il a besoin de garder les États-Unis de son côté. Parce que l’Amérique, et non les FDI, est le garant de la sécurité d’Israël.

Le JCPOA a été une profonde remise en question de cette affirmation. L’accord garantissait que l’Iran deviendrait un État doté de l’arme nucléaire dans un délai maximum de 15 ans, avec l’imprimatur du Conseil de sécurité de l’ONU. Il donnait également à l’Iran les moyens financiers d’étendre et d’accélérer massivement son agression régionale et mondiale.

Les options d’Israël face au JCPOA

– Il pouvait répondre de manière rationnelle, en développant une stratégie flexible et autonome basée sur des initiatives audacieuses et indépendantes et sur la création de nouvelles alliances régionales.

– Ou bien il pourrait réagir de manière irrationnelle, en redoublant sa dépendance à l’égard des États-Unis et en s’en prenant à quiconque mettrait en doute la crédibilité des protestations des États-Unis quant à leur engagement « sacro-saint » envers la sécurité d’Israël.

De 2009, lorsque le président de l’époque, Barack Obama, a commencé à flirter avec l’Iran, à mai 2021, lorsque le Premier ministre Benjamin Netanyahu a été évincé du pouvoir, Israël a mis en œuvre les deux options. Netanyahou a adopté la réponse rationnelle, tandis que l’establishment sécuritaire, dont deux directeurs du Mossad, Meir Dagan et Tamir Pardo, et trois chefs d’état-major des FDI, Gabi Ashkenazi, Benny Gantz et Gadi Eisenkot, ont mis en œuvre la réponse irrationnelle.

Alors que les chefs du Mossad et des FDI le mettaient à mal à chaque instant, Netanyahou a utilisé le ministère des Affaires étrangères et le Conseil national de sécurité, qu’il contrôlait tous deux, pour repositionner Israël comme une puissance régionale indépendante. Il a massivement développé les relations d’Israël avec des États d’Afrique, d’Asie, d’Amérique latine et d’Europe centrale et du Sud. Il a développé des liens personnels avec le président russe Vladimir Poutine. Il a transformé Israël en une puissance énergétique en développant ses gisements de gaz naturel offshore. Et à partir du printemps arabe, Netanyahu s’est opposé à l’éviction, soutenue par les États-Unis, du président égyptien de longue date Hosni Moubarak en 2011, et à son remplacement par les Frères musulmans en 2012. Netanyahu a soutenu le renversement par l’armée égyptienne du président des Frères musulmans Mohamed Morsi en 2013.

Ces actions lui ont valu la gratitude et le respect de l’armée égyptienne, de l’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis et de Bahreïn. Ces sentiments ont conduit à des partenariats opérationnels contre le Hamas et l’Iran qui ont ensuite constitué la base des accords d’Abraham.

Lorsque Netanyahou a finalement obtenu un allié à la tête du Mossad avec sa nomination de Yossi Cohen en remplacement de Pardo en 2016, Cohen et le conseiller à la sécurité nationale Meir Ben-Shabbat ont travaillé ensemble, tant sur le plan opérationnel que diplomatique, pour élargir les liens régionaux d’Israël dans le domaine militaire et du renseignement, et mener des frappes contre les installations nucléaires iraniennes.

Les généraux contre Bibi

De leur côté, les généraux israéliens ont fait de leur mieux pour discréditer et subvertir Netanyahou. De 2010 à 2012, Dagan, Pardo, Ashkenazy et Gantz ont tous rejeté les ordres répétés de Netanyahou de préparer les services de sécurité à attaquer les installations nucléaires iraniennes. En 2010, Dagan s’est rendu à Washington sans autorisation pour dire à Leon Panetta, alors chef de la CIA, que Netanyahou avait ordonné au Mossad et à Tsahal d’attaquer l’Iran. De même, Pardo et Gantz ont refusé l’ordre de Netanyahou de se préparer à attaquer l’Iran en 2011.

Les dirigeants de l’armée et des services de renseignement israéliens ont également travaillé à saper la crédibilité de Netanyahou en refusant de le soutenir lorsqu’il a mené sa campagne publique contre le JCPOA en 2014 et 2015. Tout en refusant de critiquer publiquement l’accord qui ouvrait à l’Iran un boulevard vers un arsenal nucléaire, les dirigeants de l’armée et des services de renseignement ont donné en off des interviews pour applaudir l’accord. Eisenkot a ouvertement soutenu le JCPOA après sa retraite en 2019.

Pendant la présidence de Donald Trump, Pardo a condamné Netanyahou pour avoir révélé que le Mossad avait saisi les archives nucléaires de l’Iran, alors que l’opération, et sa publication, ont ouvert la voie à l’abandon par Trump du JCPOA et à la mise en œuvre de sa campagne de « pression maximale » contre l’Iran, laquelle a mis le régime à genoux et asséché son financement pour ses mandataires terroristes. Gantz et Ashkenazy se sont opposés aux accords d’Abraham et ont torpillé le plan de souveraineté de Netanyahou en Judée et Samarie. Gantz a refusé de faire financer un projet préconisé par Netanyahou qui améliorerait considérablement la capacité d’Israël à attaquer les installations nucléaires de l’Iran.

Et Biden est arrivé

L’année dernière, le nouvel élu Biden s’étant engagé à faire revenir les États-Unis dans le JCPOA, et Netanyahou n’étant plus au pouvoir, la double réponse rationnelle-irrationnelle d’Israël au JCPOA a pris fin. L’irrationalité l’a emporté.

Dès leur entrée en fonction, Naftali Bennett, alors premier ministre, Lapid et Gantz ont fait de la défense du JCPOA par l’establishment sécuritaire et de son refus de reconnaître ses implications stratégiques la base de leur politique. Ils ont adopté une politique consistant à faire taire les critiques à l’égard de la politique iranienne de l’administration et à blâmer continuellement Netanyahou pour les avancées nucléaires de l’Iran. Ils ont ignoré le fait que toutes les avancées nucléaires de l’Iran se sont produites après la victoire de Biden aux élections présidentielles de novembre 2020, et les ont plutôt attribuées à l’abandon du JCPOA par Trump.

En effet, ils ont été jusqu’à affirmer que l’opposition publique de Netanyahou au JCPOA était la raison pour laquelle Obama l’avait signé, et que le succès de Netanyahou à persuader Trump d’abandonner l’accord est la raison pour laquelle l’Iran est maintenant un État du seuil nucléaire.

Bennett, Lapid et Gantz ont annoncé une politique « sans surprise » en ce qui concerne les opérations d’Israël en Iran, donnant à Biden un droit de veto effectif sur toutes les actions d’Israël – lesquelles ont pris fin peu après. Lapid a mis fin à la politique étrangère indépendante d’Israël et a choisi de transformer Israël en chambre d’enregistrement du Département d’État. Ce faisant, il a détruit les relations d’Israël avec la Russie, mettant en danger les opérations d’Israël en Syrie et ouvrant la voie à la décision de la Russie de renforcer ses liens avec l’Iran.

Alors que le JCPOA d’Obama était un désastre stratégique imminent pour Israël, l’accord nucléaire de Biden est une menace existentielle imminente pour Israël. Malgré les messages apaisants de Lapid et Gantz, les avertissements de Barnea sont tout à fait exacts. Même s’il est vrai que Sullivan a murmuré des mots doux aux oreilles de Hulata et de Gantz, le fait est qu’en vertu de l’accord de Biden, les restrictions sur les opérations nucléaires de l’Iran commencent à expirer l’année prochaine et prennent fin en 2025 :

– L’accord de Biden laisse l’uranium enrichi de manière illicite en Iran ;
– Il paralyse l’AIEA. Et il enrichit massivement l’Iran, le transformant en une puissance régionale, se targuant d’un programme d’armes nucléaires légitimé par le Conseil de sécurité de l’ONU et garanti par une administration qui restera au pouvoir jusqu’à la fin des restrictions nucléaires.

Accord avec l’Iran et accords d’Abraham

De même, comme l’a averti Barnea, l’accord de Biden avec l’Iran met en danger les accords d’Abraham, en obligeant les sunnites à s’entendre avec un Iran hégémonique, laissant Israël sans partenaires régionaux.

La réponse rationnelle à cette tournure catastrophique des événements est de se désengager de l’administration Biden, de travailler avec les Républicains pour mener une guerre de relations publiques contre l’accord, de renforcer les liens d’Israël avec les États du Golfe, de se réconcilier avec la Russie et de travailler intensivement au développement et au déploiement de moyens militaires pour détruire les installations nucléaires de l’Iran.

La réponse irrationnelle consiste à s’envoler pour l’Amérique, à prétendre que tout va bien et à proclamer, sur la base d’un « sentiment », que les Américains vont résoudre le problème de l’Iran pour nous. CG

Caroline Glick, JNS

Traduction à l’aide de deepl.com

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s