Dieu, y es-tu ?

Pour clore mes recherches concernant la religion amorcée en avril 2019, qui m’ont amené à publier quelques articles sur ce sujet sur Mabatim.info, j’ai voulu aborder la problématique de l’athéisme afin de finalement me positionner sur le sujet de l’existence d’un dieu, sachant que tout mon travail m’a renforcé dans mon rejet spontané des religions.

Les religions sont humaines

De toutes mes recherches, il ressort pour moi que les religions sont humaines, qu’elles existent sans intervention divine, surnaturelle, et qu’humaines, elles génèrent donc des problèmes (avec Dieu : St-Barthélémy, Djihad… sans Dieu : Staline, Mao, Pol Pot…). Faire la part entre les aspects positifs des religions, comme l’union des communautés, la transmission de valeurs… et les aspects négatifs, comme l’intolérance des croyants, les guerres de religion, les créations purement fantasmatiques comme l’enfer, les péchés (originel, véniel, mortel)… est difficile et je ne sais pas vraiment conclure quant à l’intérêt des religions pour les sociétés. Cependant, il faut noter que l’on ne connaît pas de grande civilisation sans mythe, sans rite, sans croyance en certaines forces invisibles et surnaturelles.

Si l’on peut se passer de religion, on ne peut pas se passer de communauté de valeurs, mais ces valeurs transmises par les religions, n’ont pas besoin de dieu pour exister, elles correspondent à ce qui est bien pour vivre ensemble : sincérité, courage, générosité, douceur, compassion, justice, amour. On imagine mal une société qui essaierait de fonctionner en privilégiant l’inverse de ces valeurs : mensonge, lâcheté, égoïsme, violence, cruauté, injustice, haine. Donc plus qu’une révélation, ces valeurs sont le fruit de l’expérience, de la sagesse des communautés passées.

L’existence d’un Dieu ne peut être établie

Quant à l’existence d’un dieu créateur, force est de constater comme le fait André Comte-Sponville dans son livre « L’esprit de l’athéisme », la faiblesse des preuves ou des expériences de son existence, et l’incompréhensibilité des explications que les hommes ont tenté de donner. Force aussi de constater que si Dieu existe il a aussi créé le mal, un homme limité et crédule qui s’invente des croyances qui correspondent à ses désirs (vie éternelle, retrouver les êtres chers, être aimé du créateur…). C’est trop beau pour être vrai !

Comme le dit Spinoza,

« Nous sommes disposés par nature à croire facilement ce que nous espérons, et difficilement au contraire ce dont nous avons peur »

… et les manipulateurs en profitent.

Il ne faut pas se laisser subjuguer par les prophètes, les saints, les mystiques qui même s’ils apportent des messages primordiaux (l’universel humain, la priorité de l’amour, l’accueil des bannis… l’humilité… l’impermanence…) ne sont que des guides qui peuvent nous inspirer. Il faut être fidèle au vrai, au rationalisme et refuser les sophismes, il faut être fidèle à l’amour, à l’humanisme, refuser le nihilisme et son « rien n’a d’importance ». Ici, on n’oubliera pas le proverbe chinois qui dit

« les professeurs ouvrent les portes, mais vous devez entrer vous-même ».

La sauvegarde de son petit moi n’est pas un bon objectif

La grande question n’est pas de sauver son moi, y compris dans un au-delà fantasmé, mais de s’en libérer, non de s’enfermer dans son âme, mais d’habiter l’univers, d’accéder à l’universel, au vrai en se libérant de soi. Il faut comme dit Kant « se libérer du cher petit moi » et de ses petits intérêts, ses petites rancœurs, angoisses, soucis, frustrations, espérances, complaisances, vanités… C’est l’ego qui enferme et l’esprit qui libère.

Pour conclure, pour moi, les religions sont à coup sûr des créations humaines, mais pour l’existence de Dieu, comme on ne peut pas prouver que quelque chose n’existe pas, on ne peut pas prouver que Dieu n’existe pas, donc je suis obligé de constater que la science ne sait pas, que je ne sais pas, mais je suis convaincu que les dieux des religions sont des inventions instrumentalisées par des manipulateurs.

Enfin, pour sourire un peu, au catéchisme, le prêtre demande :

  • Mes enfants, où pensez-vous que Dieu se trouve ?
  • Le Bon Dieu est au Paradis. Commence Kévin.
  • Il est dans mon cœur. Dit Dorothée.
  • Il est dans notre salle de bain !!! poursuit Toto d’un ton très assuré.
  • Pourquoi penses-tu que le Bon Dieu est dans ta salle de bains, Toto ?
  • Parce que tous les matins, mon père se lève, va à la porte de la salle de bains et frappe plusieurs coups dedans en criant : « BON DIEU, T’ES ENCORE LÀ !!! » MB

Michel Bruley, MABATIM.INFO

Publicité

Un commentaire

  1. Désolée de vous décevoir… Vous ne couvrez qu’une partie infime sur l’existence d’un D.ieu, sur Sa justice… et comme c’est plus confortable de se calfeutrer dans son inexistence… alors on abrège. Non monsieur, c’est faux. Car il y a bien des preuves et des révélations. Que les religions ne soient que l’oeuvre de l’homme, c’est incontestable… mais il y a beaucoup plus que cela.

    J’aime

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s