Macron et le voile qui cache la forêt de l’islamisme

Ponce pilate.jpgEmmanuel Macron dans le rôle de Ponce Pilate

Notre Président a fait ses études chez les jésuites. C’est de là qu’il tient son tic verbal du « en-même-temps » tout et son contraire. C’est ainsi qu’il ose, sans rougir, prétendre vouloir défendre la nation « contre l’hydre islamiste », appelant les citoyens à « faire bloc sans relâche contre l’islamisme, contre ses idéologies mortifères qui ne reconnaissent ni nos lois, ni notre droit, ni notre façon de vivre (BFMTV)» et en même temps, lorsque l’hydre fait occuper l’espace public par des militants exhibant le symbole de l’inégalité des citoyens devant la loi, il s’en lave les mains :« ce qui se passe dans l’espace public, c’est pas l’affaire de l’État ou du président de la République. (Huffington Post) »

Oh Manu, t’y es qui euh toi !

Parlant aux fonctionnaires de la préfecture de police de Paris, il a déclaré : « Vos collègues sont tombés sous les coups d’un islam dévoyé et porteur de mort qu’il nous revient d’éradiquer », insistant sur le fait qu’il n’a rien contre la religion de paix, d’amour et de tolérance, « mais bien contre son dévoiement et ce qui conduit au terrorisme. »

Oh Manu, t’y es qui euh toi, pour décider c’est quoi l’islam et c’est quoi pas, wesh ? Tu discutes direct avec le Prophète, que la paix et le salut d’Allah soient sur lui, et c’est toi qu’tu lui expliques que la sourate 4:145 « Les incroyants seront parqués dans la sphère la plus basse de l’enfer, et nul ne leur trouvera d’issue » et la sourate 5:51 « Ô vous qui croyez, ne prenez pas les juifs et les chrétiens comme alliés, ils sont alliés les uns pour les autres. Celui qui des vôtres en fera des alliés sera des leurs. Allah n’aime pas un peuple d’injustes[1] » c’est pas ça que l’ange Jibril, il lui a dicté, c’est pas la religion, c’est le dévoiement ? Non, mais qui t’y es, touâ ?

Tu vas donner des leçons à Saïd Khecharem ? Il a transmis les ordres du Prophète, que la paix et le salut d’Allah soient sur lui. Tu vas lui dire que c’est pas le Prophète qu’a raison, c’est toi ? Te gêne pas, hein, pendant que tu délires, on les écoutera en replay et en VO sur la chaîne YouTube du Hizb ut-Tahrir[2] : « Après l’abandon des lois d’Allah et l’imposition de régimes hérétiques aux musulmans, la chose la plus importante à faire est de restaurer la domination des musulmans, à travers le Coran et la Sunna, afin de renouveler la vie islamique et de transmettre le message islamique au monde. (…) Il faut instaurer un État islamique sur l’ensemble des terres des musulmans. (…) Cela nécessite la conquête de l’Amérique, de la Grande-Bretagne, de la Russie, de la France et de l’Italie. Rome et d’autres terres infidèles seront conquises, si Allah le veut. »

Nos bons musulmans sont en fait les mauvais

Des volumes et des volumes d’exégèses islamiques, enseignés dans les madrasas et les mosquées du monde entier, expliquent dans le détail pourquoi il convient de tuer et d’opprimer les kouffars, les non musulmans. Les terroristes du monde entier citent les sourates qui justifient effectivement leurs actions. Mais Emmanuel Macron croit nous rassurer en prétendant savoir que ce qu’il faut craindre et combattre, ce n’est pas l’islam, mais son dévoiement. Il a tort : ce qu’il faut craindre, ce sont les BONS musulmans, ceux qui respectent la sharia à la lettre, pas les dévoyés, qui respectent les lois de la république.

Il est vrai que ni le Coran ni les hadiths ne mentionnent le voile. Mais ce hidjab (qui signifie « décence ») n’est qu’un des moyens de respecter un principe majeur de la sharia : l’infériorité des femmes, et un des outils pour habituer les non musulmans à ce principe, avant de le leur imposer quand les BONS musulmans seront assez nombreux et puissants pour y parvenir.

Le Président a demandé leur aide aux Français.

Il a bien fait : ils lui seront reconnaissants de voir que la crainte qu’ils ressentent contre l’agression quotidienne de l’islam politique rencontre enfin un écho ! Mais ils ne peuvent se substituer à l’État. Accompagner le constat de mesures réelles est le rôle du Président et de son gouvernement. Ils pourraient commencer par les rapports des service de renseignement : cesser de les cacher et les utiliser pour aider la police dans son travail. Nous sommes en guerre ! Si certains magistrats s’obstinent à collaborer avec l’ennemi, en se concentrant sur la défense des djihadistes au détriment de leurs victimes, pourquoi ne pas organiser un référendum et poser la question au peuple : est-il prêt à sacrifier momentanément un peu de sa liberté individuelle pour sécuriser son avenir et celui de notre civilisation ?

À quoi bon demander aux Français de repérer « ces petits gestes qui signalent un éloignement avec les lois et les valeurs de la République », si en même temps, il dit que le signe le plus visible « n’est pas son affaire » ? Pourtant, cacher sa chevelure sous un voile est bien un geste qui marque les territoires gagnés par la soumission contre la liberté, par l’infériorité contre l’égalité, par le communautarisme contre la fraternité, bref, par l’islam contre la république.

Tuez-nous, mais ne m’accusez pas d’islamophobie !

Comme ses prédécesseurs, Emmanuel Macron semble avoir plus peur d’être considéré comme islamophobe que de voir des attentats islamistes décimer les Français. Il est étonnant de voir comme il prend régulièrement conscience des réalités, des années après les citoyens lambda. « Il y a aujourd’hui des femmes et des hommes qui disent ‘’de par ma religion je n’adhère plus aux valeurs de la République”. Et ça c’est un problème pour moi, j’ai un problème avec une revendication qui devient politique. » AUJOURD’HUI ? Les Territoires perdus de la république[3], qui décrivaient le phénomène, sont parus en 2002 et leurs auteurs ont été conspués, accusés d’extrême-droitisme et d’islamophobie ! Cela fait des lustres que les démocrates iraniens (et surtout iraniennes) exilés chez nous, nous mettent en garde contre la menace d’islamophobie, cette manœuvre inventée par l’ayatollah Khomeini pour faire taire les dissidentes. André Versaille résumait bien l’affaire, en juin 2017 : « La lutte contre l’islamophobie n’est pas une opération défensive entreprise par une population minoritaire en danger, mais une stratégie offensive et internationale conduite par des États islamistes pour interdire mondialement toute critique à l’endroit de la religion musulmane et sacraliser celle-ci sur la Terre entière. (…) (En 2009 à Durban, l’OCI jugeait que) l’attaque des croyances sacrées et la diffamation des religions, des symboles religieux, des personnalités et des dogmes contrariait la jouissance des Droits de l’homme des fidèles de ces religions, et a réclamé que l’on introduise, dans le ‘’traité contre le racisme’’, l’interdiction de toute ‘’insulte à ce qui est tenu pour sacré par la religion’’. Il s’agissait donc de sanctuariser l’islam et non de protéger les musulmans qui l’étaient déjà, puisque le droit international condamne toute discrimination fondée sur la religion. (Causeur) »

Ce ne sera pas faute d’avoir été prévenus !

Habits traditionnels.jpg
Habits traditionnels et… pas

Les démocrates venus chercher refuge chez nous ne comprennent notre passivité et craignent que se produise en France ce qui les a chassés de leur pays musulman d’origine. Waleed al-Husseini, écrivain athée palestinien, politologue et fondateur du Conseil des ex-musulmans de France, fait partie des dévoyés : il publie sur Facebook une série de photos avec ce commentaire : « Pour les imposteurs islamistes qui veulent faire passer le hijab ou le niqab pour un voile traditionnel, voici les vêtements traditionnels. PS : Je ne crains pas ceux qui me traiteront d’islamophobe quand je dénonce leur intégrisme : leur chantage à l’islamophobie n’a jamais marché avec moi. (Facebook) »

Mais il en va du terrorisme comme des retraites ou de l’éducation : le mantra de ne pas toucher au « modèle français » paralyse toute réflexion et nous pousse sur le toboggan de l’échec.

« Si on confond les sujets, on ne peut régler le cœur du problème de la république française, qui est le communautarisme. » Cette phrase du Président français contient à elle seule le pourquoi et le comment de notre échec annoncé à combattre ceux qui veulent la disparition de notre mode de vie. Ne pas vouloir nommer les choses (l’islamisme), généraliser une action particulière (le communautarisme en général ? Celui des Portugais ? Des protestants ?), bref, établir un diagnostic faux, pour justifier une prescription inadéquate.

Regarder les choses en face serait renoncer au modèle français

Ce n’est pas le communautarisme qui a tué les Français attablés à des terrasses autour du Bataclan, c’est le terrorisme islamiste. Ce n’est pas le communautarisme qui s’est attaqué au symbole de la république, le 14 juillet 2016 à Nice, c’est le terrorisme islamiste. Ce n’est pas le communautarisme qui finira par nous islamiser : le communautarisme n’est que la première étape, qui extrémise les musulmans eux-mêmes. Comme le faisait remarquer Jean-Pierre Chemla en 2003, « l’Islamisme a imbibé l’ensemble de nos sociétés et a provoqué une montée d’un cran du positionnement par rapport à la religion coranique. Ceux qui étaient de fervents musulmans se sont rapprochés de l’intégrisme. Ceux qui étaient simples pratiquants sont devenus de fervents musulmans et certains, qui n’étaient pas musulmans, le sont devenus. (Mabatim.info) »

C’est exactement ce que dit Waleed al-Huseeini : « Si les islamistes parvenaient à islamiser le monde entier, cela ne tiendrait pas à leur force intellectuelle, ni à leur foi, et encore moins à leur puissance militaire mais à la lâcheté de leurs adversaires.[4] » LM♦

Logo Liliane MessikaLiliane Messika, MABATIM.INFO

[1] Les citations proviennent du Coran – les classiques de poche – Traduction de Malek Chebel –
[2] Conférence internationale du Califat, en Tunisie, le 19 mai 2018, avec les sous-titres (Memri)
[3] Voir Amazon
[4] Waleed Husseini, tweet du 2/12/2018

4 commentaires

  1. […] Les exemples donnés, par exemple de la réappropriation de la lutte féministe au bénéfice de la burqa et du voile, font froid dans le dos : enfermée dans sa secte, la femme musulmane peut être séduite par l’oppression masculine, vue comme de l’amour vache, qui justifie la dissimulation de son corps, vu (ou plutôt caché) comme une tentation irrésistible. C’est une rhétorique centrifuge, qui atteint l’extérieur du harem, où s’installe l’idée d’un féminisme communautaire. Du coup, le voile devient légitime dans l’espace public, non pas comme un objet religieux fondamentaliste, mais comme un droit de la femme musulmane. Au temps pour « le voile dans l’espace public n’est pas l’affaire de l’État ou du Président de la république (Mabatim.info) » ! […]

    J'aime

  2. Si Macron était Ponce Pilate, il serait comme ce préfet au service de Thibère. Ce n’est pas le cas. Le « en même temps » cher à Macron procède de cette absence de pouvoir et son ultra libéralisme répond au processus de mondialisation. L’islam est le point aveugle de cette politique. Il n’y a pas de « en même temps » qui vaille face à ce qui demeure hors du temps et se prétend mondial.

    J'aime

  3. Dans le dernier excellent numéro de la Revue des deux mondes de novembre 2019, Zineb El Rhazoui explique que le délit d’islamophobie est l’équivalent en Occident de l’interdiction en Islam du blasphème. Cette interdiction n’ayant pas cours dans le droit français les militants de l’islam politique ont trouvé à lui substituer un pseudo- delit d’islamophobie qui vise à rien moins qu’à faire passer la critique d’une religion – l’islam – pour un racisme envers ceux qui la pratiquent. Cette confusion acceptée par notre système judiciaire et toute une frange de la société est le cheval de Troie de l’Islam conquérant dans nos démocraties avec la complicité tacite de la classe politique au pouvoir. Poncepilatisme ou bien collusion islamiste ?

    J'aime

  4. Il y a la lâcheté et la corruption ,on ne pas être élu et ignorer les voix de l immigration choisie au moment des élections ,et cela dans dans tous les départements sans exception .
    Quand au sort des Juifs ….Ils ont ou allé ..comme le disait mon ancien coiffeur a paris.

    J'aime

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s