Le Pape François et l’évangile du symétrologisme

UAE-PAPE-ISLAM.jpgLa symétrologie pour les nuls

Ce nouveau syndrome médical, isolé par le Docteur Jean-Pierre Chemla en 2002, a déjà atteint le stade pubertaire, dont les symptômes se manifestent, comme en dermatologie, par un excès de séborrhée, une colonisation de la surface par des pustules et un dérèglement hormonal. Le syndrome a atteint une proportion si paroxystique que l’on doit désormais parler de symétrologisme.

On l’aura deviné, le symétrologisme est à la symétrologie ce que l’islamisme est à la religion de paix et de tolérance.

Si la symétrologie n’a plus de secrets pour les jeunes médecins, ceux qui ont prêté le serment d’Hippocrate avant le troisième millénaire n’ont pas tous passé le D.U. de cette spécialité aussi, à leur intention, avons-nous demandé à un spécialiste de leur préparer un résumé.

Nous avons choisi, pour cette mission, le docteur Jorge Mario Bergoglio, qui occupe la chaire de symétrologie du Vatican sous le pseudonyme de Pape François Pas Premier.

Mais avant qu’il aborde le cœur du sujet, il est indispensable de procéder à une petite remise à niveau.

Précis de pré-symétrologie

Il faut, pour comprendre la symétrologie, retourner 74 ans en arrière, à la fin de la deuxième guerre mondiale. Le général de Gaulle, qui avait mené la résistance française depuis Londres, n’était pas du genre partageur. Aussi initia-t-il une réécriture de l’histoire qui, petit à petit, fit évoluer les peuples européens dans une réalité parallèle. Dans ce monde virtuel, les Américains avaient fait de la figuration à peine intelligente, pendant que l’immense majorité des Français était devenue composée à 99% de résistants pur jus, qui avaient vaincu les Allemands grâce à leur indomptable volonté.

Inversement, leur lâcheté vis-à-vis des Juifs, qui s’était soldée par la déportation d’hommes, de femmes et d’enfants et leur disparition dans les camps de la mort, sombrait dans un oubli profond : le refoulement psychanalytique.

Au plan international, certains dirigeants politiques ayant été vaincus, d’autres ayant abdiqué ou collaboré, il n’était resté que l’Angleterre et les États-Unis pour sauver l’honneur, mais chut ! On ne doit pas évoquer cet aspect particulier dans la France multiculturelle de 2019.

Quant au seul dirigeant spirituel qui aurait été susceptible d’avoir une influence en faveur des victimes, le Pape Pie XII, il s’était enfermé dans un silence que ses thuriféraires estimèrent neutre, mais que l’âme de six millions de Juifs pousse plutôt à qualifier de complaisant, voire de complice.

Flash forward jusqu’au troisième millénaire 

Puisque les Français sont devenus les meilleurs potes des Allemands, ‘ennemis’ est devenu égal à ‘amis’ et la guerre synonyme de « la pire solution en toutes circonstances ». Dans la famille égalité, on trouve aussi ‘bourreaux’ égalent ‘victimes’. Quant au duo liberté et fraternité, il brille par son absence.

La conclusion logique de ce qui précède est que la culpabilité de leur lâcheté vis-à-vis des Juifs a gratouillé l’inconscient des Français, tout en chatouillant leur honte d’avoir cédé aux Allemands sans combattre.

Maintenant un peu de maths : moins par moins égale plus, aussi la culpabilité + la honte ont-elles mué en une haine indéfectible contre les Juifs, témoins de la culpabilité.

Puis, la victoire de ces derniers contre les armées arabes, réactivant la honte des « vainqueurs » de la 25ème heure d’hier, a fait basculer ceux-ci dans une palestinolâtrie pathologique, qui leur permet de recycler leur antisémitisme en un antisionisme aussi virulent, mais étiqueté politiquement correct.

Quant au Vatican, à l’exception de Jean XXIII, qui joua le rôle du rédempteur, il continua son traintrain de sénateur, un coup à droite, un coup à gauche, deux coups à gauche, jusqu’à tomber dans le gauchisme papal actuel.

Passage à l’acte symétrologique : étude de cas

Le XXIe siècle voit une vague de persécutions des chrétiens, partout dans le monde, que le Père Benoît Kiely, fondateur de Nasarean.org, un site Internet dédié à l’aide aux chrétiens persécutés, a qualifié de « l’un des plus grands maux de notre temps », regrettant que les médias y soient aussi insensibles qu’ils l’avaient été à la destruction systématique du peuple juif au XXe siècle et à toutes les tentatives de destruction de l’État juif au nôtre : « La même semaine que la terrible attaque contre la mosquée de Christchurch en Nouvelle-Zélande – un crime odieux et irrationnel – plus de 200 chrétiens ont été tués au Nigéria. Aucune marche n’a été organisée pour ces chrétiens martyrs, aucune cloche n’a sonné à l’appel des gouvernements, aucun t-shirt « Je suis Charlie » n’a été imprimé … personne ne s’est indigné (Gatestone Institute) ».

Aucun média ne s’est indigné. C’est préoccupant et inexcusable, mais c’est compréhensible, compte tenu de ce que Finkielkraut a appelé « la religion de l’Autre », dans laquelle l’Église de la Vénération Victimaire est toute-puissante. Mais comment expliquer que le vicaire du Christ demeure si insensible à la détresse de ses ouailles ? Car le Saint père ne vit pas en ermite en haut d’une colonne. À l’inverse, c’est un homme qui s’implique dans la vie de la cité. Il devrait donc voir la réalité, qui démontre une violence endémique de l’islam combattant contre « les infidèles qui prient le samedi » et comme, après samedi vient dimanche, contre les fidèles du prophète Issa[1].

Le pape met en garde contre LES intégrismes, sans préciser que c’est un seul et unique intégrisme qui se taille la part du lion dans le terrorisme mondial. De fait, c’est bien au nom d’Allah et non de Yaveh ou de Jésus que des chrétiens sont massacrés de par le monde et particulièrement en Afrique. C’est là aussi que « Chaque année, au moins un millier de filles sont kidnappées, violées et contraintes de se convertir à l’islam, voire d’épouser leurs bourreaux », selon l’avocate catholique de la communauté italienne St. Egidio, Tabassum Youssaf. Et d’après Sardar Mushtaq Gill, un autre avocat chrétien défenseur des droits de l’homme, au Pakistan, celui-ci, « La vie des minorités religieuses au Pakistan est marquée par la violence, la discrimination et l’abus des droits fondamentaux de l’homme. C’est un vieux problème systémique qui trouve ses racines dans l’histoire, la vision du monde et la culture locale (Vatican News). »

Hélas le Pape souffre de symétrologie aiguë

Le 18 novembre dernier (2019), François Pas Premier a condamné les intégrismes, mais n’a pas fait de différence entre bourreaux et victimes, pire, il a admonesté à égalité les uns et les autres : « C’est une mentalité qu’aujourd’hui nous ne pouvons pas accepter ni comprendre et qui ne peut plus fonctionner. Faisons attention à nos groupes intégristes ; chacun a les siens. L’intégrisme est un fléau et toutes les religions ont quelques frères intégristes qui se regroupent (Vatican News) »

Quelques frères ? Les hordes de Boko Haram, de l’État islamique et des islamonazis qui s’attaquent à tout ce qui n’est pas LEUR version de l’islam, aussi bien en Afrique que dans les dictatures moyen-orientales et en Europe, sont-elles comparables aux quelques individus accrochés à leur foi dans l’un des monothéismes préislamiques ?

Depuis 1979 (date de la prise du pouvoir en Iran par le réfugié de Neauphle-le-Château), combien d’attentats terroristes dûs à l’intégrisme juif dans le monde ? Un (Hébron, 1994, 29 victimes).

Combien dus à l’intégrisme chrétien ? Zéro. En revanche, 3 attentats ont été commis par des non musulmans d’extrême-droite : Anders Breivik à Oslo et Utoya (Norvège) en 2011, 77 victimes, Brenton Tarrant à Christchurch (Nouvelle Zélande), en mars 2019, 51 morts et Claude Sinké (84 ans) à Bayonne, en octobre 2001, 2 blessés.

Combien revendiqués au cri de Allah Akhbar ? 33.769 attentats islamistes dans le monde. Au moins 167.096 morts (Fondapol).

Nul en maths et aucun sens des proportions

Apparemment, le Pape ne sait pas compter, puisque tous les attentats commis en-dehors de l’islam ont été commis par des individus seuls et non par des partis politiques ou des califats, pas même par « quelques frères intégristes. »

À Hébron, une seule personne a accompli un seul attentat pour un motif politique. Il a fait 29 victimes et a été tué sur place. Si on l’avait pris vivant, il aurait été condamné à perpétuité : la peine de mort n’existe pas en Israël et nul échange de prisonniers ne l’aurait libéré comme cela s’est passé pour les 1027 assassins palestiniens échangés contre le jeune appelé franco-israélien Guilad Shalit en 2011.

Brenton Tarrant, le responsable de la tuerie de Christchurch, en Nouvelle Zélande, finira sa vie en prison, dans son pays, qui plus est à l’isolement.

En Norvège, Anders Breivik n’appartenait à aucun parti, à aucun groupe, à aucune fraternité et, bien que diagnostiqué schizophrène, il a été condamné à la peine maximale par la justice norvégienne et il ne quittera vraisemblablement jamais sa cellule. À noter : sous la pression de l’opinion publique, le diagnostic fait par deux psychiatres le jour même, qualifiant de schizophrène cet homme qui se présentait comme le futur régent de Norvège et qui voulait prendre le pouvoir avec l’aide d’une organisation templière imaginaire, a été ensuite contredit par d’autres spécialistes qui, un an après les faits, ont estimé qu’il n’était pas dans un état délirant au moment où il accomplissait le crime et qu’il était pénalement responsable (Wikipedia).

C’est surtout intéressant quand on compare cela à l’appellation contrôlée « d’aliéné sans aucun rapport avec l’islam » attribuée à toute personne lourdement armée qui, seule ou en groupe, tire dans la foule en hurlant Allah Akhbar et en citant des sourates du Coran.

Et d’ailleurs, le Pape croit-il sincèrement que 33.769 attentats islamistes ayant tué 167.096 personnes dans le monde peuvent avoir été le fait de « quelques frères intégristes », même regroupés ?

À qui profitent les crimes ?

Si n’importe quel élève de CM2 est capable de comprendre que le Pape a fumé quelque chose qui trouble son jugement, on peut se demander si c’est pour cette raison qu’il veut établir une équivalence entre les (heureusement) rares crimes commis par des déments dans des pays civilisés (qui les punissent du châtiment maximal) et les hordes qui tuent 166.000 fois plus, au nom d’une seule religion, et qui sont célébrés dans tout le monde arabe, où on leur érige des statues et où l’on donne leurs noms à des écoles.

Hélas, le siège pontifical n’offre pas un vaccin contre l’idéologie victimaire et le vicaire du Christ est sensible au virus médiatique. Il doit lire la presse française, qui répercute le moindre soupir indigéniste et met en scène les manifestations groupusculaires contre l’islamophobie, en négligeant les faits et les chiffres : d’après la CNDCH (Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme), 100 actes antimusulmans ont été commis en 2018 (une baisse de 18% par rapport à 2017), ce qui en fait le seuil le plus bas depuis les actes antimusulmans sont comptabilisés. Une analyse plus fine montre que les « actions » ont baissé de 38,4% sur l’année 2018, alors que les « menaces » ont augmenté de 12,2 % par rapport à 2017. Ces chiffres concernent une population d’environ 7,5 millions de personnes.

Pendant la même période, 1063 actes anti-chrétiens ont été commis (sur une population impossible à évaluer) et il s’est produit une forte augmentation des actes antisémites, qui passent de 311 en 2017 à 541 en 2018 (+74%), alors que les Juifs sont environ 450.000 dans notre pays (contre 600.000 en 2000).

Il y a donc eu, en France, en 2018, 90 fois plus d’agressions antisémites qu’antimusulmanes. Et 900 fois plus de déclarations et de manifestations contre l’islamophobie que contre l’antisémitisme.

Et que dit le Pape, pendant que David Curry, président d’Open Doors (une ONG américaine visant à informer sur la persécution des chrétiens dans le monde) a défini les femmes chrétiennes comme « le groupe le plus persécuté au monde (CBN News) » ? Rien. Il ne dit rien, il n’en a que pour les migrants, qui sont ultra-majoritairement musulmans.

En écoutant le Pape, on croit lire L’Obs !

On peut rapprocher l’attitude du Pape de celle de L’Obs, même si le second a nettement moins de followers que le premier. L’Obs n’est pas tendre avec les ouailles du pape. Jalousie ? Peut-être aussi, mais avant tout, positionnement idéologique. Le Jésus de l’hebdo socialiste se nomme Che Guevarra, son Mathusalem est Jean Daniel et sa Sainte Vierge Ahed Tamimi. Du coup, Monseigneur Barbarin, condamné pour non-dénonciation de malfaiteur (un ecclésiastique pédophile), serait plutôt un Judas vendu aux Romains, euh, au Grand Kapital, alias la droite (l’Obs). Car l’Église, dans le catéchisme Obsien, est forcément de droite. Mais il y a des exceptions, qui permettent à l’hebdo de s’évader d’une accusation de prêtrophobie. D’accord, cette pathologie serait au spirituel ce que le racisme antiblanc est au matériel : une impossibilité ontologique. N’empêche. Un hebdo averti en vaut deux et le courtier en assurance anti-accusation de sectarisme est un autre Monseigneur : Jacques Gaillot, évêque intermittent du Tabernacle à Parténia, un bled algérien sans chrétiens. Celui-là est encensé quoi qu’il fasse, même quand il a mis la main à la patte… du loup.

La preuve, en 1988, il avait accueilli dans son diocèse un prêtre québécois, mal nommé Denis Vadeboncœur, car là où il allait, c’était dans le lit des petits enfants, et pas pour leur lire des histoires. Ou alors Peau d’Âne et le Petit chaperon rouge, version hard. Il avait été condamné à 20 mois de prison dans son pays pour de nombreux faits de pédophilie, ce que nonobstant, Mgr Gaillot l’avait nommé curé de Lieurey (dans l’Eure), où le pédophile pédophila pendant plusieurs années. En 2005, il fut condamné à nouveau. 12 ans de prison ferme pour viols sur mineur, cette fois.

Après avoir argué, de plein gré, de son insu concernant le passé de Vadebonnequeue, l’éminence admit qu’en réalité, elle était au courant et que, circonstance aggravante, « On rendait service. On vous demandait d’accueillir un prêtre indésirable et vous l’acceptiez. Ce que j’ai fait il y a plus de vingt ans, c’était une erreur (Wikipedia). »

L’Obs ne souffla jamais mot des maux commis par son protégé : le premier commandement du blog de Jean Daniel & Fille est : « contre l’opium du peuple toujours lutteras, sauf si le fournisseur est Allah » et le deuxième est « un prêtre de gauche toujours défendras, sauf s’il a péché contre Allah. »

Mgr Gaillot n’a pas considéré qu’une peine de pédophilie était incompatible avec un poste qui enjoignait de « laisser venir à moi les petits-enfants ». Bon, on peut l’accuser d’étourderie, mais qui lui jettera la première pierre ? Certainement pas L’Obs. Et pas le Pape François, qui l’a reçu en 2015.

Le prêtre de la gauche de la gauche a trouvé que cet homme était « un cadeau de Dieu pour le monde » et ne s’est plus senti de joie quand le cadeau a déclaré : « les migrants sont la chair de l’Église (le Monde). »

Pour les symétrologues, tout est égal à tout

Attention, on n’a pas dit que « tout leur est égal ». Au contraire, il y a des mots qui déclenchent leurs réflexes conditionnés. Dès qu’Israël est en cause, ils se sentent concernés et dégainent vent debout la comparaison avec les nazis. Ainsi, pour eux, l’assassinat de 6 millions d’hommes femmes et enfants est moins grave que le tir ciblé contre un terroriste : « Je me demande si #Israel a emprunté ça aux #nazis après avoir constaté leur réussite ? À la vitesse à laquelle Israël tue, je me demande si les Israéliens ne visent pas plus haut que six millions de #Palestiniens ? #Gaza est le nouvel #Auschwitz, et les #Israéliens, les nouveaux portiers ! (Mabatim.info) », avait twitté, en juillet 2019, une candidate à une élection canadienne.

À l’extrémité opposée du spectre de la morale et de la décence où siège Mgr Gaillot, un autre évêque, celui de Kadougli (la capitale de l’État du Kordofan au sud Soudan), Mgr Macram Gassi, avait comparé, en 2012, le deux poids deux mesures des médias, dont la recette allait, quelques années plus tard, être reprise par le Pape François, pour qui tout est égal à tout, mais il y a des touts qui sont plus égaux que d’autres. « Ces dernières années, les médias ont largement évoqué le terrible génocide du Darfour (300.000 morts en 20 ans) où les musulmans noirs ont été massacrés par les milices arabo-islamistes du nord. Mais le génocide encore plus massif de deux millions de chrétiens et animistes reste globalement occulté par les médias et même les politiques. (…) Car le régime criminel et antichrétien de Khartoum est du ‘’bon côté’’ pour les révolutionnaires : tiers-mondiste, antiaméricain, anti-israélien et pro-Hamas, il est protégé par la Chine, qui lui vend des armes, puis par la Ligue Arabe et les États de la Conférence islamique (OCI)… En revanche, les chrétiens du Soudan sont assimilés à des ‘’agents occidentaux’’ (Mabatim.info). »

Le Pape renvoie dos à dos Caïn et Abel

Il ne fait pas non plus de différence entre les bourreaux islamistes et leurs victimes juives et chrétiennes. Cela montre qu’il souffre d’une pathologie morale. Un pape n’est-il pas un citoyen égal aux autres humains devant la loi divine ? Il n’a pas lu les dix commandements ou bien les a-t-il mal compris ? Peut-être est-ce la mise en œuvre qui lui pose problème.

Car le cinquième commandement, « tu ne tueras point », est tout sauf ambigu. Il fait une très nette différence entre celui qui tue et celui qui est tué, différence que le pape s’obstine à gommer.

Sa préférence outrancière et répétitive pour les « migrants » contre les sédentaires aggrave son cas : ce n’est plus de la symétrologie, c’est du symétrologisme.

Ça se soigne, Docteur ? Oui, avec une ablation de la glande idéologique et une greffe de sens moral. Cela n’a encore jamais été essayé, mais avec un pape comme cobaye, ça aurait de la gueule ! LM♦

Logo Liliane MessikaLiliane Messika, MABATIM.INFO

[1] Yehoshua en V.O. et Jésus en français.

Un commentaire

  1. Ce qui est fatigant, c’est ce sempiternel dialogue :
    – M’enfin, Môssieur, vous voyez bien que ce n’est pas l’Islam que défendent ces fous ? Le vrai Islam, c’est amour, paix et tolérance.
    – Heu… Pas sûr ; ces gens-là peuvent être considérés comme les vrais et bons musulmans se basant littéralement sur les sourates de La Mecque et sur les Hadiths.
    – Vous ne connaissez rien au Coran.
    – Vous, si ? L’avez-vous lu ?
    – Heu… non mais je sais de quoi je parle et de toute façon l-immense-majorité-des-musulmans défend cette vision pacifiste de l’Islam.
    – Ah bon ? Je croyais que les statistiques ethnico-religieuses étaient interdites.
    – Ecoutez. Je vois bien de quelle mouvance vous êtes et de quel parti vous êtes proche. Je ne discute pas avec des gens comme vous.

    Tellement pratique, cette loi de Godwin…

    J'aime

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s