Quelle Liberté pour une humanité malade et menacée ? (IV) 

« Seuls dans l’Arche » : Refonder le monde après le Coronavirus (IV) :

flerial-aube.jpgQuelle Liberté pour une humanité malade et menacée ?

Ne lis pas « harouth » – gravé, mais « herouth » – liberté.
Pirke Avot

Le confinement met à l’épreuve notre besoin de liberté. Quand chaque geste de la vie quotidienne – sortir de chez soi, se rendre dans un magasin, aller chez le coiffeur ou prendre l’autobus – est soumis à des conditions draconiennes, ou purement et simplement interdit, ce sont nos libertés fondamentales qui sont entamées. Cette réalité nouvelle amène certains observateurs à rejeter par principe toute atteinte aux libertés publiques, comme si la protection de la santé publique n’était pas elle aussi une obligation de l’État envers ses citoyens[1]. Mais ce faisant, c’est aussi l’idée même que nous nous faisons de la liberté qui est questionnée. Être libres : noble aspiration de l’homme, aussi ancienne que l’humanité ! Mais qu’entendons-nous exactement par-là ? Quatrième volet de notre série d’articles pour « refonder le monde après le Coronavirus ».

La Modernité – qui incarne l’époque de l’histoire humaine où chaque génération se considère comme plus savante et partant, mieux inspirée que les précédentes – regarde aujourd’hui avec une condescendance amusée la manière dont les Anciens considéraient l’idéal de liberté. Comment accorder confiance aux proclamations de liberté d’un Sophocle ou d’un Moïse, quand on sait que les Hébreux, comme les Grecs, admettaient l’esclavage ? Aux yeux de l’homme contemporain, aucune liberté ne vaut, si elle n’est pas valable pour tous. Bien entendu, ce préjugé actuel envers les grands penseurs de l’Antiquité tient plus à l’ignorance, qu’à un jugement éclairé sur leur message toujours actuel. Le simple fait qu’Antigone soit encore lue et mise en scène, ou que l’Exode biblique soit encore considéré comme un modèle universel de combat pour la liberté, sont plus probants à cet égard que toutes les analyses savantes[2].

Oedipe et Antigone.jpg
Œdipe et Antigone, Charles Jalabert

Pourtant, la situation où est parvenu aujourd’hui le monde occidental[3] illustre un triste paradoxe, qui veut que la liberté de l’homme n’ait jamais été aussi menacée que depuis que les droits de l’homme se sont universalisés. Ce que nous entendons par là, c’est qu’aucune autre époque de l’histoire humaine n’a fait autant de cas de la liberté de l’individu, et que nous vivons pourtant le déclin – et certains diront, la fin – d’une longue période de progrès des libertés, entamée avec l’essor des démocraties modernes en Europe et en Amérique. Les exemples de ce paradoxe sont innombrables. Pour comprendre comment cela est possible, lisons les citations récentes d’un représentant très visible de la pensée politique contemporaine, le professeur de l’université de Jérusalem Yuval Noah Harari.

Bien avant le Coronavirus, celui-ci dénonçait déjà les « atteintes à la liberté » commises par le gouvernement israélien[4], accusations qu’il a récemment réitérées, à l’occasion des mesures très efficaces prises par Israël pour protéger ses citoyens contre la pandémie. À l’instar de nombreux tenants de l’idéologie post-moderne, Harari considère en effet comme plus dangereuses les atteintes aux libertés de l’individu, que le mal contre lequel elles le protègent, qu’il s’agisse du terrorisme ou du Coronavirus. Alertant l’opinion sur le risque de voir chaque citoyen surveillé et épié, au nom de la lutte contre la pandémie, Harari affirme ainsi dans une interview au Financial Times que « Une grande bataille a fait rage ces dernières années autour de notre droit à une vie privée. La crise du coronavirus pourrait être le point de non-retour de cette bataille ». Le professeur de Jérusalem est ainsi devenu le héraut international des libertés, menacées par la lutte contre le Coronavirus[5].

Pourtant, selon ses dires, la liberté n’existe pas ! Comme il l’affirme avec assurance, « la liberté est une invention des hommes qui n’existe que dans leur imagination ». Elle « n’existe nulle part ailleurs que dans l’imagination fertile des Sapiens et dans les mythes qu’ils inventent et se racontent »[6]. Ainsi, selon Harari, il faudrait défendre nos libertés, tout en sachant que la liberté n’existe pas. Plus qu’un simple sophisme, cette affirmation exprime très précisément la doctrine post-moderne concernant la condition de l’homme. Nous sommes ici au cœur du paradoxe contemporain de la liberté, que nous avons énoncé plus haut. L’Europe actuelle et l’Occident post-moderne tout entier prétendent en effet défendre les libertés humaines (et les droits de l’homme), alors même qu’ils ne croient plus en la liberté humaine. L’homme n’est pas libre, nous dit-non, car il est asservi aux structures politiques et économiques qui le dominent (selon la doctrine marxiste), à ses pulsions (selon la doxa freudienne), ou encore à ses neurones (selon la vulgate cognitiviste contemporaine). Ainsi, on peut revendiquer la liberté pour l’individu, tout en niant la liberté de l’homme.

Macron Harari.jpg
Macron faisant la promotion du livre de Harari

Dès lors que l’homme est considéré comme n’étant pas plus qu’un système de traitement de l’information, défendre les libertés de l’individu ne revient plus qu’à défendre le « droit à la vie privée » ou la « confidentialité des données », comme l’affirme explicitement le nouveau chantre des libertés, Yuval Harari. Principes certes honorables et importants, mais qui ne méritent sans doute pas qu’on sacrifie sa vie (ou sa santé) pour eux, à la différence des idéaux généreux des Pères fondateurs de la démocratie moderne.

La liberté, en tant qu’élément constitutif de la condition humaine, s’est élargie sur le plan pratique, à mesure du développement économique et technique, mais elle s’est en même temps rétrécie dans son acception théorique. Au lieu de la proclamation de l’idéal de liberté humaine, élément central de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 (« Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits ») comme de la Constitution des États-Unis de 1791 (« Nous, le Peuple des États-Unis, en vue d’établir la justice… d’assurer les bienfaits de la liberté à nous-mêmes et à notre postérité, nous décrétons cette Constitution pour les États-Unis d’Amérique », il ne nous reste plus guère que le « Règlement général sur la Protection des données » de l’Union européenne…

Droits de l'homme.jpg
Les nouvelles Tables de la Loi de la Révolution française : Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, Le Barbier, Paris, musée Carnavalet.

Derrière chaque texte de loi, on trouve une philosophie et une certaine idée de l’humain. La conception élevée et généreuse de l’Homme, sur laquelle reposaient les libertés garanties par les premiers textes constitutionnels et par le Bill of Rights, a ainsi fait place aujourd’hui à une conception beaucoup plus terne, technicienne et rabougrie de l’humain. Les nouvelles « Tables de la Loi » de la Révolution française, données au peuple français libéré de ses chaînes, sous le regard de l’Être suprême – transfiguration laïque et révolutionnaire de la Loi mosaïque révélée et donnée par Moïse au peuple d’Israël sur le mont Sinaï – ont culminé aujourd’hui dans un banal règlement bureaucratique d’une Union européenne, dans les couloirs de laquelle ne souffle plus aucun esprit – religieux ou laïque – sinon celui des fonctionnaires de Bruxelles… Triste fin !

Le triomphe des sciences neuronales et la fin de l’individu

Qui pourrait encore affirmer aujourd’hui que les hommes « naissent et demeurent libres » ? Certainement pas les tenants actuels d’un déterminisme à fondement biologique ou neurologique. Gaspard Koenig, essayiste et romancier, a enquêté dans son livre La fin de l’individu sur l’industrie de l’intelligence artificielle et sur les conceptions qui la sous-tendent[7]. Ce livre passionnant, sous-titré Voyage d’un philosophe au pays de l’intelligence artificielle, est le carnet de voyage d’un Candide moderne, visitant la Silicon Valley et les autres endroits où se fabriquent les robots dits « intelligents ». Le récit de ses rencontres avec Yuval Harari ne laisse aucun doute possible : ce dernier n’est pas le défenseur de la liberté humaine, mais bien son fossoyeur.

Dans son Homo Deus, nouvelle Bible d’une humanité malade et chancelante, qui ne croit plus en l’homme et en sa liberté, ce dernier écrit ainsi ces lignes : « Au cours du siècle dernier, les chercheurs ont ouvert la boîte noire de Sapiens : ils ont découvert qu’il n’y avait en lui ni âme, ni libre arbitre, ni ‘soi’ ; uniquement des gènes, des hormones et des neurones obéissant aux mêmes lois physiques et chimiques qui gouvernent le reste de la réalité ». Au-delà de l’incroyable hybris du professeur « le plus important du monde », qui rejoint dans son triste pronostic les innombrables autres tenants de l’Homme neuronal[8], il y a dans ce propos la clé du paradoxe de la revendication/négation de la liberté, dans lequel s’est enlisé l’Occident, depuis qu’il a renoncé au bien le plus précieux hérité non seulement des Lumières, mais aussi de toute la tradition judéo-chrétienne bimillénaire : le libre-arbitre.

Yuval Harari.jpg
Yuval Harari : La nouvelle Bible d’une humanité malade et chancelante

Comme l’écrit Koenig, au terme de son périple aux quatre coins du globe, sur les traces de l’introuvable « Intelligence artificielle » :

« Oui, le libre arbitre est contesté par la science et balayé par la technologie… Oui, tout va changer, du système judiciaire qui devra renoncer à l’idée de faute à la démocratie qui ne pourra plus reposer sur le choix majoritaire… Affranchie de ses désirs les plus encombrants, la nouvelle humanité sera pacifiste, écologiste et communautaire. Telle est la signification ultime d’Homo Deus : non pas la conquête de l’autonomie, mais un chemin personnel vers la béatitude ».

Tout comme Peter Singer, l’idéologue des droits de l’animal, qui prétendait remplacer la « sainteté de la vie » par une pâle et insignifiante « qualité de la vie »[9], Harari et consorts ont aboli le « mythe » de la liberté humaine, pour ériger le Veau d’Or d’un banal « droit au bonheur » promis à un homme-machine, « libéré de ses désirs insensés ». PL♦

(à suivre…)

Pierre Lurçat, MABATIM.INFO

« Seuls dans l’Arche » : Refonder le monde après le Coronavirus :
Réflexions sur la dimension philosophique de la crise actuelle (I)
Retrouver la vérité du langage (II)
La crise morale du monde et la vocation d’Israël (III)

[1] Le comble a sans doute été atteint par André Comte-Sponville, qui déclarait récemment : « Laissez-nous mourir comme nous voulons ».
[2] En réalité, le mépris souvent affiché à notre époque pour la sagesse des Anciens montre surtout que le relativisme culturel, bien ancré en Occident depuis Lévi-Strauss et avant encore, s’accommode pourtant de la conviction que nous savons tout mieux que nos ancêtres.
[3] De manière éloquente, on n’emploie plus guère aujourd’hui l’expression de « monde libre ».
[4] Le Point, 20 septembre 2018
[5] Sur Yuval Noah Harari, ses idées et leur réception, je renvoie à la série d’articles que je lui ai consacrés ici il y a quelques mois.
[6] Cité par Astrid de Larminat, Homo Sapiens et Homo Deus : la nouvelle bible de l’Humanité ?, Le Figaro, 8.9.2017.
[7] Éditions de l’Observatoire/Le Point 2019.
[8] Sur ce concept et son inventeur, le biologiste Jean-Pierre Changeux, je renvoie aux livres de François Lurçat, et notamment L’autorité de la science, Cerf 1995, chapitre 2.
[9] Voir notre dernier article, « La crise morale du monde et la vocation d’Israël ».

Un commentaire

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s