La novlangue, un nouvel espéranto ?

1984L’usage de la novlangue croît, se multiplie et finit par se croire. Les obsédées textuelles peuvent en tirer un certain nombre de conclusions, dans des domaines aussi variés que la sémantique, l’anthropologie, la politique et la psychiatrie. L’une de ces obsédées étant généreuse, elle partage.

Sémantique, tique, tic verbal

Le principe de la novlangue, tel qu’énoncé par George Orwell dans son roman 1984, est de favoriser la parole officielle et d’empêcher l’expression de pensées critiques. Son principe fondamental est de

« supprimer toutes les nuances d’une langue, car le discours manichéen permet d’éliminer toute réflexion sur la complexité d’un problème : si tu n’es pas pour, tu es contre, il n’y a pas de milieu. Ce type de raisonnement binaire permet de favoriser les raisonnements à l’affect et, ainsi, d’éliminer tout débat, toute discussion… Si une chose ne peut pas être dite, cette chose ne peut pas être pensée durablement faute de renforcement par le dialogue (Wikipédia). »

La novlangue n’est qu’un moyen. Le but qu’elle vise est l’emprise absolue sur la pensée, à l’aide de… la double-pensée. Cette astucieuse caractéristique permet au même mot d’avoir un sens positif s’il est prononcé par un membre du parti et négatif s’il se réfère à un opposant.

1984 ayant été écrit en 1949, le génie de l’auteur se mesure à l’aune de la mise en œuvre, point par point, 70 ans plus tard, de la méthode qu’il avait décrite et de sa généralisation aux pays les plus « progressistes » de la planète.

Anthropologie, jeunisme et confusion

La nature a régi l’humanité, jusqu’au moment où la novlangue s’est emparée des concepts, de tous les concepts, nature incluse, et couplée aux progrès de la technologie, a permis de lui substituer nombre de superstitions. Parmi celles-ci, l’une des plus dangereuses est la croyance infantile en la toute-puissance de l’homme, oups, de la femme, oups, des LGBT&co.

C’est ainsi qu’une gamine autiste, manipulée par ses parents et leurs acolytes, est devenue l’archétype de la pensée morale, dont tous les dirigeants planétaires recherchent l’onction, actée par le passage rituel devant son engueulade publique. Hors la fessée de Greta, point de salut public !

C’est ainsi que le mot « antiracisme » peut, désormais recouvrir de son immaculée reconception et de la double-pensée le racisme et l’antisémitisme les plus débridés (Mabatim.info).

C’est ainsi que les menstruations, après avoir été, pendant des millénaires, une malédiction qui condamnait Eve à la soumission à Adam, sont devenues un droit, dont la négation, fût-elle réduite à un post ironique[1], peut valoir à son auteur la peine de mort sociale : la novlangue a rendu l’ironie haram[2]. Quant à la soumission, elle existe toujours, attestée par un signe distinctif qui, aujourd’hui, se décline en foulard et produits dérivés. De plus, grâce au principe de la double-pensée, elle est célébrée comme une liberté : celle de se soumettre.

Politique

Plus les pays sont proches de l’accomplissement du modèle de 1984 et plus la novlangue est pratiquée haut dans la hiérarchie étatique. À contrario, plus les États avoisinent la démocratie et plus la traduction de la réalité en novlangue est contrariée par ce qui reste de liberté de pensée, d’opinion et de presse pour les citoyens.

C’est ainsi que, en janvier 2019, la Turquie s’est posée en apôtre du bon goût multiculturaliste à l’issue de la deuxième Réunion des Musulmans Européens de Cologne. Son représentant, Ali Erbas, ès qualité de Directeur du Bureau des Affaires religieuses turc (Diyanet en V. O.) a lu la déclaration de clôture. On y a appris que « les groupes terroristes exploitent les concepts islamiques et les valeurs humanitaires.… (car) Il est impossible de trouver dans l’Islam une quelconque référence qui aille à l’encontre de la paix et de la tranquillité (AA.com). »

Veut-on nous faire croire que le Directeur de Diyanet n’a jamais lu le Coran ? :

« Massacrez les mécréants jusqu’au dernier », (V, 33), « Qu’ils (les polythéistes juifs et chrétiens) soient tués ou crucifiés » (VIII, 7) et « C’est Allah qui les anéantit » (IX, 30). Il ne connaît pas non plus les Sirah (XVII, 58) : « Tuez les polythéistes partout où vous les rencontrez » et (II, 58-60) : « Tous les Juifs qui vous tombent entre les mains, tuez-les ». Tss tss…

Et quid du fait que c’est le Diyanet, lui-même, qui est en charge de la persécution des minorités religieuses dans son pays (Gatestone Institute) ?

Novlangue, vous avez dit double-pensée, comme c’est novlangue !

Turquie et Qatar, même démocratie novlanguienne

Le Jerusalem Post a repris une info de Die Zeit, selon laquelle un citoyen allemand, qui avait travaillé pour les services secrets et la sécurité à Doha, s’était vu offrir 750.000 € pour oublier qu’il avait eu en mains des documents officiels montrant que le Qatar finançait le Hezbollah (Jpost).

Le Hezbollah, c’est ce mouvement terroriste qui a transformé le sud-Liban en un État dans l’État, afin de mener une guerre d’extermination contre Israël. Rappelons que ce n’est pas parce qu’on n’a pas les moyens de ses ambitions qu’on se prive d’avoir des ambitions démesurées.

Jusqu’à présent, l’État juif s’est protégé avec succès des agressions venant du nord, mais il sait que son adversaire n’a d’autre raison d’être que de le détruire et qu’il n’est pas nécessaire de réussir pour persévérer.

Rappelons aussi que la France est tête de file des pays qui refusent de mettre le Hezbollah sur la liste des organisations terroristes, car nos énarques considèrent sa branche politique comme un parti et non comme le mandataire le plus meurtrier du régime iranien, armé jusqu’aux dents, dont l’idéologie violente et antisémite empoisonne les sociétés pluralistes, notamment en formant les milices chiites au Yémen et en Irak, en violation de plusieurs résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU. Cette définition est tirée d’une lettre adressée à l’Union Européenne par 236 membres américains du Congrès et du Sénat, ainsi que des députés européens (Politico).

Le fait est que, quand ils donnent des interviews aux médias occidentaux bienveillants, les miliciens enlèvent leur uniforme et s’abstiennent du salut hitlérien.

Que le Qatar, un des meilleurs alliés de l’Iran, soit également l’un des principaux financiers des mouvements islamistes qui déciment la planète n’est pas un scoop. Ce qu’on sait moins, c’est qu’il est aussi un champion de la double-pensée, dont il détient le record dans la catégorie humour : lorsqu’il a été interrogé, un porte-parole du gouvernement qatari a fait une déclaration sans ambiguïté. « Le Qatar joue un rôle central dans les efforts internationaux de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme au Moyen-Orient ». Le pays dispose de « lois strictes pour empêcher le financement du terrorisme privé (JPost). »

Parfait exemple de la sémantique novlanguienne : l’islam étant religion de paix, il divise le monde en « Dar al-Islam », le monde de l’islam et « Dar al-Harb », le monde de la guerre, qui reste à conquérir par les guerriers de la vraie foi. Toutes les agressions commises par les musulmans dans cet objectif sont donc des actes de paix. Tous les actes accomplis par les pays du Dar el-Harb en réponse aux agressions sont donc à classer dans « guerre » ou « terrorisme ».

La schizophrénie vue de l’esprit

Dans un article lumineux paru le 15 juillet 2020, le pédopsychiatre Maurice Berger montre que les attitudes respectives des sociétés de la honte et des civilisations de la culpabilité entretiennent un rapport identique à celui des couples sadomasochistes.

« … l’articulation désastreuse entre les sociétés de la honte et de l’honneur (« shame culture ») et les civilisations de la culpabilité (« guilt culture »), [est une] distinction établie par Dodds, un ethnologue. La honte est définie par lui comme un fait social extériorisé (perdre la face) et la culpabilité comme un sentiment intériorisé (Causeur). »

Les membres du premier groupe ne peuvent reconnaître une erreur ou un délit provenant d’un ou plusieurs d’entre eux, aussi cherchent-ils à en faire retomber la faute sur l’extérieur. Et ça tombe et retombe très bien, car les culpabilisés du deuxième groupe adorent faire repentance !

Le lien sado-maso explique aussi notre faiblesse devant le terrorisme

Nous ne sommes pas les seuls : tout l’Occident est infecté de cette culpabilité qui fait préférer la mort à la réputation de racisme, qui voit dans les militants d’ONG des chevaliers blancs combattant les injustices du monde, dont nous sommes ontologiquement complices.

Ainsi vient-on de découvrir que deux terroristes, coupables présumés du meurtre d’une adolescente israélienne en août 2019, étaient payés par l’État néerlandais, qui finançait l’ONG dont ils étaient des permanents.

Le ministre des Affaires étrangères Stef Blok et la ministre du Commerce extérieur et de la Coopération au développement, Sigrid Kaag, ont avoué au parlement hollandais, le 20 juillet 2020, que cette ONG, UAWC, acronyme de Syndicat des comités pour les travaux agricoles, avait reçu presque 20 millions d’euros de subventions au cours des sept dernières années.

Les tueurs de l’adolescente n’étaient pas des réfugiéééés humiliééés : « Samer Arbid était comptable pour l’UAWC au moment de son arrestation en 2019. Il a été inculpé en octobre dernier de 21 chefs d’accusation, en tant que commandant de la cellule terroriste du FPLP qui a préparé et fait exploser la bombe qui a tué Rina Schnerb le 23 août 2019 près de Dolev, en Cisjordanie. Abdul Razeq Farraj, ancien directeur administratif et financier de l’UAWC, a été inculpé de quatre chefs d’accusation pour avoir pris part à l’attentat (i24news). »

ONG, taxis pour terroristes

En tant que « employés d’une organisation partenaire de la représentation néerlandaise (JewishPress) », les deux terroristes, membres du FPLP, le Front populaire de libération de la Palestine, ont pu circuler en Israël grâce au laissez-passer qui leur avait été délivré, en 2017, par la représentation consulaire néerlandaise de Ramallah.

L’acronyme ONG est devenu un substantif, synonyme de « bien-pensance à l’œuvre ». Son existence même paralyse les instances supposées en vérifier les statuts et les activités, car soupçonner une ONG de quoi que ce soit vous fait passer pour un facho d’extrême-droite.

C’est ce qui a permis aux deux terroristes du FPLP d’assassiner une gamine de 17 ans.

Le 30 avril 2003, c’est à bord de la voiture d’une ONG italienne que deux terroristes britanniques étaient venus perpétrer un attentat-suicide devant une boite de nuit à la mode, sur le front de mer de Tel Aviv. Trois morts, dont une jeune Française, Dominique Hass, une cinquantaine de blessés, dont certains sont encore lourdement handicapés aujourd’hui.

Contre les assassins, la pudeur est inefficace

Puisque les ONG sont présupposées parfaites et d’une innocence traitée Scotchgard, c’est sous forme d’une ONG que s’est créée NGO Monitor, pour surveiller ses homologues soupçonnées de servir de paravents à des terroristes. NGO Monitor avait repéré UAWC et en avait averti le gouvernement hollandais.

« NGO Monitor a découvert depuis longtemps que des fonds néerlandais financent ces groupes, et nous avons spécifiquement mis en garde contre cette ONG et ses employés, qui viennent d’être inculpés pour leur implication directe dans l’attentat à la bombe contre une famille l’année dernière et le meurtre d’une jeune fille de 17 ans. »

Les deux ministres néerlandais ont pourtant prétendu tomber de l’armoire quand ils ont appris les liens étroits que l’UAWC entretenait avec des groupes terroristes. Pourtant, outre NGO Monitor, le Centre hollandais pour l’information et la documentation sur Israël (CIDI) et l’Association des avocats britanniques pour Israël affirment avoir averti le gouvernement de La Haye de leur existence en mai 2019…

Mais qu’importe la vie d’une adolescente face à la posture des droit-de-l’hommistes-droits-dans-leurs-bottes, pour qui les idées sont plus importantes que les humains, surtout les idées qu’ils se font d’eux-mêmes et a fortiori quand les humains sont des civils qu’ils jugent inférieurs. Et devinez combien de cases de l’intersectionnalité des culpabilités ontologiques pouvait cocher une juive israélienne blanche hétérosexuelle de 17 ans ? LM♦

Logo Liliane MessikaLiliane Messika, MABATIM.INFO

[1] On parle de J. K. Rowling, l’inoubliable auteur de Harry Potter et d’un tweet où elle croit naïvement que « personnes ayant des menstruations » peut se résumer au mot « femmes ». Voir https://mabatim.info/2020/06/15/sourds-mal-entendants-debiles-politiquement-corrects/
[2] Pour les Martiens de passage, « haram » (illicite) est le contraire de « halal » (permettant de percevoir une taxe pour financer le prosélytisme).

6 commentaires

  1. L’inconscient est structuré comme un langage… Voyons, voyons qui m’a appris cela?
    La novlangue c’est aussi la langue de bois recyclé des kmaires verts ( comme à Lyon)
    La novlangue c’est plutôt désespéranto

    J'aime

  2. Le lien qui est fait avec le couple sado-masochiste des sociétés de la honte et de la culpabilité est très bien vu. Au bout d’un certain temps la culpabilité vire au syndrome de Stockholm : je crois qu’on y est en plein.

    J'aime

  3. La novlangue est celle qui ne permet d’exprimer qu’une pensée. On y arrive. L’uniformité est la règle dans tous les domaines. Merci Lilianne de nous remettre le nez dedans, on réagira peut-être enfin.

    J'aime

Laisser un commentaire. Il sera visible dès sa validation.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s